Le Zona et le stress psychologique: quelles solutions?

Rédigé par : Loris Vitry (thérapeute holistique)
Supervisé par : Cathy Maillot (ostéopathe)

Avertissement : Si vous avez des questions ou des préoccupations médicales, veuillez en parler à votre médecin. Même si les articles sur ce site se basent sur des études scientifiques, ils ne remplacent pas un avis médical professionnel, un diagnostic ou un traitement.


Le Zona et le stress psychologique: quelles solutions?
Savez-vous quel est votre niveau de stress en ce moment ? Pour le découvrir, faites notre test de stress (basé sur 2 tests scientifiques).

Le stress peut être parfois un facteur déclencheur de plusieurs maladies.

Il est souvent évoqué comme un élément qui favorise la vulnérabilité du système de défense immunitaire.

Dans cet article, nous allons aborder les circonstances dans lesquelles, il peut aggraver les risques d’infections du zona.

Zona et stress psychologique

Le stress n’est pas une pathologie qui provoque directement ou exclusivement une infection.

Son action entraîne surtout l’affaissement du système de défense immunitaire.

Cela rend l’organisme vulnérable aux agressions microbiennes et aux infections.

Le stress contribue à l’aggravation et au prolongement des atteintes infectieuses.

Infections urinaires, rhumes, angines sont généralement les plus fréquents.

La cicatrisation des plaies dure plus longtemps que prévu.

Les personnes atteintes d’herpès s’exposent plus en cas de stress intense qui peut favoriser leur poussée.

L’herpès est un virus qui peut se réactiver après un choc émotionnel.

Les adultes et les vieilles personnes sont souvent les plus atteints par l’infection.

Le zona, une infection virale

Le zona est une maladie infectieuse causée par le même virus déclencheur de la varicelle chez l’enfant.

Quand le patient guérit de la varicelle, le virus qui a provoqué la maladie ne disparaît pas.

Il s’installe définitivement dans les ganglions nerveux et reste inactif.

Il peut se réactiver à tout moment et provoquer ainsi l’apparition de la maladie.

Les facteurs de risque

Il existe plusieurs facteurs de risque entraînant le zona parmi lesquels :

L’âge

Le zona est une pathologie fréquente qui touche particulièrement les personnes âgées.

Le risque de déclenchement et de persistance des douleurs post-zostériennes DPZ est fortement lié à l’âge.

Les couches sociales en âge avancé sont majoritairement les plus touchées par la maladie.

L’immunité

La perturbation et la faiblesse de l’immunité est un autre élément de risque majeur.

L’infection se produit plus souvent chez les patients atteints de maladie auto-immune ou inflammatoire, les malades souffrant d’un cancer, de sida ou qui ont subi une greffe d’organe.

Le stress post traumatique

Le zona peut survenir suite à un choc émotionnel (stress post traumatique) provoquant l’affaiblissement du système de défense immunitaire de l’organisme.

Cet affaiblissement favorise la réactivation du virus entraînant ainsi une éruption cutanée.

Il est évident qu’une thérapie de libération émotionnelle permettra de réduire fortement le nombre et l’intensité des crises de zona.

Les symptômes

Les premiers signes du zona se manifestent fréquemment par une fatigue et une légère fièvre accompagnées de maux de tête.

Ensuite des démangeaisons et des picotements suivis de douleurs intenses, brûlantes et persistantes se font sentir.

Les souffrances peuvent s’accentuer sur une partie de la peau au niveau de l’abdomen, de la poitrine, du dos, etc.

Au bout de quelques jours, la peau devient rouge et des ampoules douloureuses apparaissent en grappes sur la partie infectée.

Les jambes, les bras, le cou ou le visage sont parfois les cibles de ces inflammations.

L’éruption est marquée par des douleurs intenses en cas de frottement ou de contact avec les vêtements.

Le patient ressent des maux de tête très sévères et l’affaissement des muscles faciaux.

Généralement, les vésicules sèchent en formant des croûtes au plus tard après deux semaines.

Le rétablissement est totalement au bout de quelques semaines sauf en cas de complication.

Les complications

Les complications du zona sont nombreuses et parfois très sérieuses parmi lesquelles, nous pouvons citer :

La névralgie post-zostérienne

Elle se caractérise par une douleur sévère et tenace dans la zone affectée et peut durer plusieurs mois ou années.

L’inflammation et lésion du nerf sont les causes cette souffrance neuropathique.

La sévérité de cette complication augmente en fonction de l’âge.

Les patients ayant des symptômes importants avant et pendant la phase aiguë présentent un risque plus élevé.

La zone du corps la plus exposée à cette complication est le visage.

Les complications oculaires

Les malades infectés de zona au niveau de la tête et du cou sont souvent victimes de la détérioration du nerf optique.

L’inflammation de la cornée, de l’iris, des muqueuses et toutes les parties de l’œil sont aussi un autre risque.

Des éruptions sur la pointe du nez indiquent l’endommagement de la branche nerveuse.

L’affectation du nez peut entraîner des complications oculaires.

Les complications à l’oreille

Quand le zona se développe au niveau du nerf de l’oreille, il entraîne des problèmes auditifs.

La formation des ampoules au niveau du conduit auditif provoque des pertes auditives, des vertiges et de la paralysie du nerf facial.

La dissémination virale peut survenir chez les personnes dont l’immunité cellulaire est altérée et entraîner la mort.

La méningite peut suivre si le système central est touché par la maladie.

Les traitements

Le zona est une infection qui guérit spontanément après quelques semaines.

Un traitement de séchage des inflammations et un soulagement des douleurs sont généralement suffisants.

Pour éviter tous les risques, il faut nécessairement consulter un médecin traitant en cas de complication.

Le soin des vésicules

Pour éviter les cicatrices permanentes, il faut impérativement arrêter de gratter les parties atteintes par les ampoules.

Prendre une douche ou bain avec une eau tiède réduit considérablement la douleur.

L’application d’une pommade de séchage, un liquide ou une crème sous prescription médicale soulage les démangeaisons.

Pour limiter la surinfection bactérienne des vésicules, il est conseillé d’utiliser une solution aqueuse anti-bactérienne.

L’utilisation de lingettes humides ou de la glace atténue aussi les douleurs.

La gestion de la douleur

La douleur parfois intense est le plus gros problème du zona.

La prise des médicaments calmants sous prescription médicale ou sur indication peut être une solution efficace.

Si elle persiste, un analgésique plus fort est nécessaire sur un avis du médecin.

Il est fortement recommandé, en cas de douleur violente, de suivre un traitement nerveux par un spécialiste anesthésiste.

Le traitement antiviral

Les médicaments antiviraux réduisent le temps de guérison de l’éruption cutanée et la gravité des démangeaisons.

Ce traitement est approprié pour les cas de complications sévères.

Un zona persistant et durable nécessite un traitement dans un centre spécialisé en antidouleur.

Le moyen de prévention est aujourd’hui disponible grâce à un vaccin destiné à immuniser les personnes âgées et vulnérables.

Conclusion

Le zona touche plus fréquemment les personnes âgées.

Une baisse des défenses immunitaires, un choc émotionnel lui laisse le champ libre pour se réactiver.

Une fois dans un ganglion nerveux, le virus peut se multiplier et causer des dégâts sur les nerfs sensitifs.

Les zones les plus atteintes de cette éruption cutanée sont nombreuses.

Le long des côtes, la région lombaire, l’abdomen font partie des zones à risque.

L’infection peut aussi survenir sur les organes génitaux, le cou, les oreilles, le visage ou les membres.

En cas d’apparition des symptômes énumérés ci-dessus, il est vivement conseillé de suivre un traitement immédiat.

Débarrassez-vous de vos angoisses et de votre anxiété : Formation en Gestion du Stress

Continuez votre lecture :

Les solutions pour gérer un souffle au coeur?

Yoga Kundalini: pouvoirs et dangers?

Santé