Sensation d’étouffement : comment respirer profondément ?

Rédigé par : Loris Vitry (coach et professeur de Yoga)
Validé par : Cathy Maillot (Ostéopathe)

Avertissement : Si vous avez des questions ou des préoccupations médicales, veuillez en parler à votre médecin. Même si les articles sur ce site se basent sur des études scientifiques, ils ne remplacent pas un avis médical professionnel, un diagnostic ou un traitement.


Sensation d'étouffement : comment respirer profondément ?
Savez-vous quel est votre niveau de stress en ce moment ? Pour le découvrir, faites notre test de stress (basé sur 2 tests scientifiques).

La sensation d’étouffement est rattachée à un trouble respiratoire.

On l’associe donc à une respiration désagréable et anormale.

Elle peut avoir diverses causes avec des conséquences très graves.

Pour arriver à vous débarrasser de cette sensation d’étouffement, vous devez savoir bien respirer, bien contrôler votre respiration pour qu’elle soit assez profonde.

Cet article vous explique tout ce qu’il faut savoir sur cette sensation, et surtout comment respirer profondément.

Que comprendre de la sensation d’étouffement ?

La sensation d’étouffement est encore appelée dyspnée.

Il s’agit d’une sensation de manque d’air qui a très souvent des causes cardiaques.

Elle peut se manifester à tout moment, la nuit ou le jour, que l’individu soit en position assise, debout ou couchée.

Elle peut également se manifester sans raison précise ou après un effort.

Cette sensation d’étouffement ou cette gêne respiratoire modifie le rythme respiratoire.

Ce dernier peut alors décélérer ou accélérer.

Les mouvements d’inspiration et d’expiration de l’individu sont également affectés.

Quelles sont les différentes catégories de sensation d’étouffement ?

Les médecins affirment que la dyspnée peut avoir des origines pulmonaires ou cardiaques.

La dyspnée d’origine pulmonaire

Elle est reliée aux efforts que fait l’individu.

Autrement dit, ce type de dyspnée s’aggrave lorsque la personne effectue un exercice physique.

Cette sensation n’apparaît pas la nuit et elle est ressentie comme un  » manque d’air « , comme un essoufflement normal.

Elle comprend la dyspnée d’obstruction, la dyspnée de restriction et la dyspnée d’origine vasculaire.

La dyspnée d’obstruction

Elle est reliée à une obstruction des poumons de l’individu et ceci a lieu au niveau des bronchioles et des bronches.

Cette sensation ressemble à celle ressentie lors d’un asthme ou d’une bronchite.

La dyspnée de restriction

Celle-ci survient lorsqu’il y a réduction dans les mouvements effectués par les poumons.

Elle est souvent reliée à une accumulation d’eau, à une fibrose pulmonaire ou à une tumeur.

Une obésité excessive ou une inflammation peuvent également en être les causes.

La dyspnée d’origine vasculaire

Elle est rattachée à une embolie pulmonaire ou à une hypertension artérielle pulmonaire.

Elle est par conséquent causée par un problème au niveau des vaisseaux sanguins pulmonaires.

La dyspnée d’origine cardiaque

Cette forme de dyspnée est également nommée dyspnée d’insuffisance cardiaque.

C’est pendant son sommeil ou lorsque l’individu se retrouve en position couchée qu’il la ressent.

Il a l’air de suffoquer.

Cette fois-ci en effet il ne s’agit plus d’un essoufflement comme c’est le cas pour la dyspnée d’origine pulmonaire.

Il ressent une fatigue cardiaque.

La dyspnée d’effort

Elle se manifeste suite à des activités physiques intenses.

Elle peut évoluer pour ensuite apparaître lorsque des tâches quotidiennes sont effectuées.

Si l’individu n’est pas rapidement pris en charge, elle peut en arriver à limiter son activité physique normale.

La dyspnée de repos

Elle se caractérise par une respiration dans le haut de la poitrine.

La respiration est alors superficielle et très rapide.

Même pour parler, l’individu a l’impression de faire plus d’efforts qu’il n’en faut normalement.

Il la ressent également lorsqu’il s’allonge.

Il est donc obligé d’adopter la position assise ou semi-assise pour s’endormir.

Ce type de dyspnée se constate également parfois en position debout.

L’OAP ou la crise d’œdème aigu pulmonaire

C’est la troisième catégorie de dyspnée d’insuffisance cardiaque.

C’est la nuit qu’elle survient avec des picotements dans la gorge ou avec une toux.

L’individu est alors essoufflé.

Elle est parfois aussi accompagnée de sueurs et d’une respiration superficielle et rapide.

Quelles sont les causes d’une dyspnée ?

La sensation d’étouffement survient lorsque l’entrée de l’oxygène dans le corps, et la sortie du dioxyde de carbone du corps sont beaucoup plus élevées que ce que peuvent fournir les poumons.

Ce mouvement respiratoire est encore appelé la demande ventilatoire.

Elle apparaît également lorsque le travail respiratoire se retrouve augmenté par des anomalies ou par des problèmes.

On dénombre également d’autres causes.

Le stress

Défini comme un ensemble de réactions physiologiques et physiques de l’organisme, le stress peut intervenir à tout moment, et chez toute personne.

Cette dernière réagit alors à une situation dite stressante.

La réaction peut parfois être subite et conduire à une sensation d’étouffement ou dyspnée.

Un mauvais fonctionnement du cœur

Du sang s’accumule alors dans le poumon, et celui-ci a du mal à fonctionner.

Un infarctus du myocarde

La capacité qu’a le cœur à se contracter est alors réduite.

Pour cause, une mort cellulaire ou nécrose, ce qui signifie qu’une partie du muscle cardiaque est détruite.

Naît alors une cicatrice sur le cœur.

Un emphysème pulmonaire

Les poumons augmentent et se dilatent de façon anormale.

Autrement dit, la cage thoracique de l’individu devient instable et se relâche.

Les voies respiratoires s’effondrent et conduisent à une respiration difficile.

Une faiblesse musculaire, l’ablation d’un poumon, etc.

Certaines fois encore, un type d’allergie au pollen peut causer chez un individu sensible une gêne respiratoire ou une sensation d’étouffement.

Comment respirer pour faire disparaître la sensation d’étouffement ?

Lorsque vous commencez à ressentir une sensation d’étouffement, la première chose que vous devez faire est de ne pas vous laisser gagner par le stress.

Il faut que vous puissiez rester le plus calme et surtout que vous adoptiez un bon rythme de respiration.

Votre respiration doit être plus profonde.

Une respiration profonde consiste tout simplement à faire travailler son diaphragme en respirant.

Pour ce faire, vous devez gonfler le ventre à l’inspiration, tout en poussant pour qu’il soit au maximum tendu.

Il faut par suite rentrer le ventre pendant l’expiration.

Cette technique très efficace rend la respiration normale et évite par conséquent à l’individu que la sensation d’étouffement perdure.

Elle est également très utile pour réduire les états de stress, d’autant plus que ce dernier est reconnu comme une cause évidente de la sensation d’étouffement.

Respirer ainsi améliore par ailleurs la concentration et procure une sensation de bien-être.

Il faut veiller à ne pas faire ce mouvement respiratoire une seule fois, mais autant de fois que possible, jusqu’à ce qu’un changement soit constaté.

N’oublions pas de mentionner la « respiration de la lune ».

Elle s’effectue en position de lotus.

Dans cette position, faites en sorte que votre dos soit droit, et vos muscles, décontractés.

Avec votre pouce droit, bouchez-vous la narine droite et inspirez 10 secondes par la narine gauche.

Faites ensuite le geste contraire.

Répétez l’exercice 10 à 15 fois.

En pratiquant une respiration profonde, votre sensation d’étouffement s’atténuera puis disparaîtra.

Toutefois, si celle-ci ne disparaît pas et perdure ou que vous ressentez des douleurs en plus, vous devez immédiatement appeler le Samu ou aller voir un médecin.

Le médecin peut demander des tests sanguins ou procéder à un examen physique.

Il peut aussi demander une échographie cardiaque ou une spirométrie.

Un électrocardiogramme au repos, des tests à l’effort ou une radiographie thoracique ou pulmonaire peuvent par ailleurs être effectués.

En fonction des résultats de l’un ou l’autre de ces examens, le médecin pourra découvrir la cause réelle de votre dyspnée, et vous prescrire le traitement le plus adapté.

APPRENEZ A GERER VOTRE STRESS EN CLIQUANT SUR LE LIEN : Formation en Gestion du Stress

Continuez votre lecture:

Somatropine : comment augmenter son taux naturellement ?

Sophrologie : solution pour réduire le stress ?

Respiration